Aller sur la page d'accueil Aller sur la page de recherche Aller sur la page contact Aller sur la page de connexion à son compte
Aller sur le compte Facebook Aller sur le compte Linkedin Aller sur le compte twitter Aller sur le compte Vimeo
S'abonner à la lettre du risque

Newsletter

Produits

{{{name}}}

Services

{{{name}}}

Fabricants

{{{name}}}

Experts

{{{name}}}

Fiches pratiques

- {{{name}}}

Actualités

- {{{name}}}

Normes

- {{{name}}}

Solutions

- {{{name}}}

Accueil > Actualités et normes > Laver nos masques chirurgicaux, c'est possible

Croix pour fermer

Histoire d'en rire / Insolite

Laver nos masques chirurgicaux, c'est possible

Publié le

Selon l’Organisation mondiale de la santé, les infections respiratoires, comme la Covid-19, peuvent se transmettre par le biais des gouttelettes émises par un individu au cours d’une conversation, d’un éternuement ou d’une quinte de toux.

Ces gouttelettes émises par les activités respiratoires possèdent une large gamme de taille allant de quelques dizaines de nanomètres à quelques centaines de micromètres. Les plus fines d’entre elles peuvent rester en suspension dans l’atmosphère durant plusieurs heures et donc parcourir des distances importantes selon les conditions (anémométrie, température, humidité).

Des études récentes ont par ailleurs mis en évidence la viabilité du virus SARS-CoV-2 dans ces gouttelettes sur des durées de plusieurs heures. Par conséquent, le port d’un masque est recommandé pour éviter l’émission tout comme la réception de ces gouttelettes contaminées émises par une personne infectée et ainsi limiter la propagation du virus.

Au début de la crise sanitaire de la Covid-19, la France a connu une pénurie de masques FFPx (protégeant à la fois le porteur et son environnement, il en existe plusieurs types selon leur degré de protection dont les maintenant fameux FFP2) et de masques chirurgicaux (protégeant l’environnement des sécrétions du porteur). Ces derniers ne protègent pas de l’extérieur car ils ne sont pas parfaitement étanche une fois portés, mais permettent de retenir les gouttelettes émises par le porteur. Lire la suite de l'article...

 

Sur le même sujet : Masques chirurgicaux : la décontamination par enveloppe possible

Réagissez en laissant votre commentaire !


Partagez sur les réseaux sociaux

Inforisque sur Facebook Inforisque sur Linkedin Inforisque sur Twitter Inforisque sur Vimeo

Les dernières actualités

Image Général

27
Novembre
2020

Général

88 % des entreprises imposent à leurs salariés de venir au bureau pendant le confinement

Lire la suite
Image Risques pour l'environnement

27
Novembre
2020

Risques pour l'environnement

Noé publie 10 fiches pour inciter les municipalités à entamer la transition vers un éclairage public respectueux de la biodiversité nocturne

Lire la suite
Image Général

27
Novembre
2020

Général

Dispositifs « anti-Covid-19 » : l’INRS tire la sonnette d’alarme

Lire la suite

Les derniers produits