Aller sur la page d'accueil Aller sur la page de recherche Aller sur la page contact Aller sur la page de connexion à son compte

Accueil > Actualités > Les obligations de l’employeur face aux agents CMR

Croix pour fermer

Classé dans la catégorie : Général

Les obligations de l’employeur face aux agents CMR

Publié le

A l’occasion de la reconnaissance des travaux exposant à la poussière de silice cristalline alvéolaire issue de procédés de travail comme procédé cancérogène dans le code du travail, il est pertinent de rappeler les règles de l’employeur face aux agents CMR.

Ce sont des agents chimiques qui ont, à moyen ou long terme, des effets cancérogènes, mutagènes (altération de la structure ou/et du nombre de chromosome) ou toxiques pour la reproduction (reprotoxiques). Ceux-ci peuvent pénétrer dans l’organisme par les voies respiratoires, la bouche ou la peau. Ces propriétés expliquent la nécessité, pour les employeurs, de ne plus exposer les travailleurs à ces agents CMR.

Différentes études montrent l’utilisation fréquente de ces agents dans le monde professionnel. Il est estimé qu’environ 10% de la population active est exposé à au moins un agent CMR dans le cadre professionnel, et ce, dans de nombreux secteurs d’activités : bâtiment et travaux publics, métallurgie, industrie chimique, pharmaceutique, industrie pétrolière, industrie du bois, agriculture, laboratoires de recherche et même dans le secteur des services (notamment pour le nettoyage). Lire la suite de l'article...

Réactions...

HAWK Prévention le :

Article intéressant. Au-delà des obligations de l'employeur, il y a le ressenti terrain qui doit nous interpeller. Si le patron doit mettre des mesures de prévention en place, il doit également communiquer sur ce risque. Je prend un exemple dans le domaine du ferroviaire. Le ballast mis en voie génère de la poussière de silice en grande quantité. Pendant de nombreuses années, cette poussière n'a pas changé de dangerosité mais elle côtoie le quotidien des agents qu'avec le temps et la méconnaissance, les agents se protègent uniquement de la gêne provoquée par la poussière. A ce moment là, 20% environ des agents concernés demandent des masques FFP3 mais une fois qu'ils ont la connaissance de la dangerosité du phénomène, nous passons à 90% de demande. L'obligation c'est bien mais ce n'est qu'une partie de la démarche. De notre côté, la pédagogie est un précurseur indispensable à la bonne marche vers le zéro AT/MP.

Réagissez en laissant votre commentaire !

Les dernières actualités de la prévention des risques

Les derniers produits